Moaï : un but commun.

Les centenaires d’Okinawa ne vivent pas simplement plus longtemps ; ils vivent plus longtemps, mieux et en meilleure santé que presque n’importe quelle communauté dans le monde.

Les facteurs nutritionnel et physique contribuent fortement à cette extraordinaire vitalité, mais ce n’est pas tout ! Le facteur relationnel est clé à Okinawa. Les liens sociaux constituent l’ultime pilier de l’incroyable longévité des habitants. Ils sont au coeur des moai.

Qu’est-ce qu’un moai ?

Non, ce terme n’a rien à voir avec les statues monumentales de l’île de Pâques que l’on appelle « moaï »… Moai signifie en Japonais « se retrouver autour d’un but commun »

Les moaï ont vu le jour lorsque les agriculteurs discutaient au sujet de leurs mauvaises récoltes. Ils s’échangeaient ainsi les meilleures méthodes de culture. C’est à cette occasion qu’ils se sont demandé comment ils pouvaient s’entraider en cas de mauvaises récoltes.

A Okinawa, un moai désigne donc un groupe de soutien social. Selon les groupes, le soutien peut être plus spécifiquement émotionnel, financier, en rapport avec la santé ou la spiritualité, par exemple. Quel que soit l’intérêt supporté, il règne un grand respect et un profond désir de soutien mutuel au sein des moai.

Certaines personnes font même partie de plusieurs moai. C’est d’ailleurs assez courant !

Faire partie d’une moaï permet à chaque individu de se sentir soutenu, entouré. Il renforce également le sentiment d’appartenance et crée une atmosphère sécurisante.

Une personne quel que soit son âge ou sa situation financière ne se retrouvera donc jamais isolée. Ces liens sociaux constituent un véritable pilier dans leur façon de vivre et leur apportent énormément de bonheur.